jeudi 20 mars 2008

Propagande militaire: Quoi dire ou ne pas dire

Un article assez intéressant est paru dans Le Devoir de ce matin, "Quoi dire ou ne pas dire". Écrit par Alec Castonguay, l'article parle de la stratégie de communication de l'armée canadienne, par les proches de militaires. L'armée y encourage les familles à faire appel à un de ses "officiers d'affaires publiques" pour parler aux médias. Un ex-colonel affirme n'avoir jamais vu un tel document remis aux familles durant sa carrière. L'utilisation de mots très forts afin d'avoir un impact aussi intense sur les familles, est dénoncée par le colonel à la retraite.

"Ottawa -- Pas besoin d'être un soldat pour faire partie de l'arsenal de communication de l'armée: il suffit qu'un membre de votre famille exerce le métier de militaire. Un document obtenu par Le Devoir montre que depuis le déploiement des soldats québécois en Afghanistan, les Forces canadiennes tentent d'encadrer les entrevues accordées aux médias par les proches des militaires.
Il y a moins d'un an, conscient de l'intérêt médiatique qu'allait susciter le déploiement des soldats québécois en Afghanistan l'automne dernier, le secteur du Québec de l'armée a créé un document de dix pages destiné aux familles des soldats (conjoints, parents, etc.). Intitulé Guide pour les familles militaires - Composer avec les médias, cette brochure, véritable petit guide de l'entrevue parfaite, a été obtenue par Le Devoir en vertu de la Loi d'accès à l'information. "

2 commentaires:

Alexis St-Gelais a dit…

Stratégie pour le moins douteuse... Mais dans quelle guerre ne fut-ce pas le cas, hélas?

La couène au vent a dit…

Si vous lisez bien la suite de l'article, vous verrez qu'un colonel affirme ne jamais, de sa carrière militaire, avoir vu un tel truc de formation aux proches de militaire.